Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

Se connecter

Vous n'avez pas de compte ? Inscrivez-vous, c'est rapide et gratuit !

Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Joker
Spider-Man Far from home
X-Men Dark Phoenix
Avengers Endgame
Shazam !
Captain Marvel

Catégories

Bilan de février

Avec un certain retard, je peux enfin vous livrer mes impressions sur les fascicules Panini du mois de février…

Du coup pas de découpage en deux parties comme d’habitude, ce sera un gros pavé cette fois ! 🙂

Astonishing X-Men 57

On commence par un nouveau venu, à savoir Dark Wolverine. Très inquiet à l’idée de voir une série dédiée au fils de Wolverine, j’ai été agréablement surpris par cet épisode. On a en effet une série qui commence très bien avec une histoire qui tient la route et un Daken enfin exploité de façon intéressante. J’ai hâte de voir comment la série va évoluer…On passe ensuite à Cable, avec un nouvel épisode véritablement excellent. La folle cavale de Cable et Hope dans le futur se poursuit, et cette dernière continue de grandir. On notera également une forte similarité avec la fin de La machine à explorer le temps de HG Wells lors de la fuite en avant des deux personnages. Du côté du dessin, malgré le changement de dessinateur en cours de route la lecture reste particulièrement agréable. Du côté de X Force, par contre c’est moins joyeux. La série continue sur sa lancée “pif paf pouf”, comme Hulk mais moins drôle. Dommage, parce que le concept “black ops” des X-Men était une bonne idée. Le dessin quant à lui reste dans la norme de la série, pas trop mal mais sombre. Pour finir, nous avons droit à un excellent épisode de X Factor. Peter David est en pleine forme et nous le montre ! Quant au final de l’épisode, il fera frémir tous les lecteurs qui sont parents, je vous le garantis…Du côté du dessin, c’est pas mal, nettement mieux que pendant certains épisodes précédents.

Dark Reign 5

On commence par une succession de petits récits sur les membres de la Cabale d’Osborn. Ces récits sont globalement bons et intéressants. Mention spéciale pour l’épisode sur Namor, dont le dessin est particulièrement laid…En tout cas c’est une bonne idée d’avoir regroupé ces récits, qui donnent un bon aperçu des membres du petit club d’Osborn…On passe ensuite à la suite et fin de l’affrontement Deadpool/Thunderbolts, et je suis soulagé de pouvoir dire que c’est nettement meilleur que le mois dernier. Deadpool cabotine à mort pendant tout l’épisode, on ne s’ennuie pas le moins du monde et son duo avec Taskmaster est tout simplement excellent (il m’a fait penser à Agent X). Quant au dessin, il sert très bien ce récit bien barré 😉

DC Universe HS 16

Suite de Final Crisis, qui se déroule gentiment. C’est intéressant mais cela reste quand même assez compliqué. Il faut dire aussi que la fréquence de sortie des épisodes n’aide pas à suivre facilement, et je pense qu’une relecture globale de cette Crise sera obligatoire pour bien tout saisir dans son ensemble. Il y a aussi des références à des choses inédites en VF qui ne facilitent pas forcément la compréhension…Il y a ensuite un court récit sur Balance, permettant d’en savoir un peu plus sur cet énigmatique personnage. C’est pas mal, l’histoire tient debout et le dessin tient la route. On passe ensuite à la nouvelle blague de Panini : Superman Beyond version 3D sans lunettes. Bon toutes les pages ne sont pas en 3D, mais j’ai pu les voir “normalement” avec une paire empruntée à mon fils. C’est pas mal, ça ne casse pas trois pattes à un canard mais ce n’est pas non plus calamiteux. On moins on voit ce que fait Superman pendant la Crise.

Marvel Heroes v2 28

Pour cette fin d’arc, Hulk reste fidèle à lui-même : pif paf pouf, avec toute la profondeur psychologique d’un film de Max Pecas. Au moins le dessin est joli, et puis c’est tellement idiot que ça en devient drôle. On passe ensuite aux Puissants Vengeurs, avec un épisode très intéressant bien que plombé par un dessin assez inégal. Le point fort de cet épisode reste la confrontation Hank Pym/Red Richards, tournant un peu – pardonnez moi l’expression – au concours de celui qui a la plus grosse. Du côté de Thor, on retrouve l’excellence ! JMS maitrise à la perfection le Dieu du Tonnerre et son univers et nous livre un épisode captivant, qui de plus redéfinit le personnage et sème des bases pour la suite de son histoire (bon par contre vu que JMS a quitté la série, est-ce que cela sera exploité ?). Du côté du dessin, c’est pas mal mais ça ne vaut pas Coipel (je sais je me répète). On finit par Initiative, dont l’épisode est intéressant et ouvre également pas mal de perspectives. Par contre du côté du dessin, rien à faire : Ramos je n’y arrive pas. Les visages caricaturaux qui donnent l’impression de lire les aventures des cousins de Pac Man, ce n’est vraiment pas ma tasse de thé…

Marvel Icons 58

On commence par la suite des aventures des Nouveaux Vengeurs, avec un épisode encore une fois très réussi (même si le graphisme de Bachalo n’est pas ma tasse de thé). La quête du nouveau Sorcier Suprême est une idée fort bien trouvée (même si on se doute qu’on reviendra au status quo un jour ou l’autre) et bien menée. On passe ensuite à Iron Man, où plusieurs intrigues sont toujours menées ensemble. Rien à redire (même si le dessin pourrait être meilleur), cela reste du bon Iron Man, Fraction est particulièrement à l’aise avec le personnage et son univers. Du côté de Captain America, on a la fin de l’arc entamé il y a quelques mois et c’est plutôt pas mal. Bucky est vraiment devenu un personnage très intéressant sous la plume de Brubaker, ce qui me ferait penser que son retour est une des meilleures idées de Marvel. Quant aux Fantastiques, là aussi c’est une fin d’arc. Curieusement ce mois-ci, c’est plus lisible que les mois précédents, même si on est encore très loin de ce que Millar et Hitch peuvent nous offrir. Vivement la prochaine équipe créative, parce que là j’ai presque envie de me nettoyer les yeux avec des FF de Byrne entre chaque épisode pour ne pas risquer d’être dégouté des Fantastiques…

Marvel Saga 5

Aie aie aie…voici la complainte du portefeuille qui souffre d’avoir lâché 5.60 euros pour un numéro bien quelconque. Au programme : une série de récits de type “What if”, proposant des issues alternatives à des events Marvel. Le niveau est très variable d’un épisode à l’autre, sans jamais atteindre de sommets. L’épisode consacré à House of M part d’une très bonne idée mais le dessin plus que moyen en gâche la lecture. Celui consacré aux New Fantastic Four (l’équipe des 90s avec Spiderman, Wolverine, Hulk et Ghost Rider) est quant à lui sympa comme tout, en revisitant de façon originale une histoire faisant partie des classiques de Marvel. Il y a ensuite la relecture de Back to black (quand Spiderman se fâche et s’habille en noir), avec un changement de victime pendant la cavale des Parker : c’est vraiment moyen et j’ai presque dû me forcer pour en finir la lecture (pas bon signe). Nous passons ensuite à une alternative aux bien connues Guerres Secrètes. Là par contre le dessin est très réussi, mais malgré son sujet ambitieux j’ai trouvé l’épisode poussif. Ca me ferait penser à un “Fatalis Impérator” version cosmique mais moins bien. Enfin on passe au fantasme des fans acharnés de Cap qui ont rêvé de voir mourir celui qui a causé la mort de leur idole avec le What if de Fallen Son. Deux mots pour le caractériser : long et ennuyeux, là aussi j’ai eu du mal à le finir. Au final, cela me conforte dans ce que je pense depuis un moment : les What if liés aux events n’arrivent pas à la cheville des “vrais” What if, largement plus intéressants.

Marvel Universe 19

Les revoilà ! Après une très longue attente, les Guardiens de la Galaxie – équipe totalement improbable de sauveurs de l’univers – sont de retour pour notre plus grand bonheur. Tous les superlatifs du dictionnaire sont utilisables tant ces épisodes sont bons. Le ton est toujours décalé, sans aller non plus dans la parodie, l’histoire est en béton armé, les personnages sont attachants et le dessin est excellent.

Spideman 121

Les deux premières histoires du magazine concluent l’arc en cours, et ce de bien belle manière. On a en effet du Spiderman classique (le fils du retour de la revanche des bouffons contre attaquent 38) mais efficace aussi bien au niveau du scénario que du dessin. C’est dommage qu’il ait été nécessaire (du moins pour la direction de Marvel) de passer par l’innomable One More Day pour enfin bénéficier à nouveau d’épisodes intéressants de Spiderman, qui tournait en rond dans les méandres de Civil War (par contre la période JMS avec les pouvoirs totémiques m’avait bien plue). La troisème histoire est un énième couplet sur les sentiments de culpabilité et de responsabilité de Spiderman. C’est pas mal, mais c’est un peu redite. Mention spéciale au retour de Flash parmi les siens, faisant écho (implicitement) à sa période au Vietnam du temps de Stan Lee mais cette fois ce fut bien plus dramatique pour lui. On termine enfin par un épisode plus que surprenant mettant en scène Wolverine et Spiderman. C’est bien fichu, surtout la fin totalement inattendue montrant Wolverine sous un jour un peu différent, et les dialogues sont très bons. Quant au dessin, il sert correctement le récit.

Superman & Batman 19

On commence par deux très bons épisodes de Superman. Le premier implique la Légion des super héros (décidemment j’aime beaucoup ce groupe) et est vraiment très intéressant à lire. Le seul souci concerne la cohérence de la politique éditoriale de Panini : il se situe avant le Big Book paru 15 jours avant, donc forcément quand on lit tout de suite ce qu’on achète il y a comme un problème. Le second épisode concerne Toyman, qui est pas mal remis à plat dans cet épisode. Je ne connaissais pas ce vilain mais il me semble intéressant, en tout cas dans cet épisode il est vraiment intéressant. Quant au dessin, il est pas mal du tout. Le reste du magazine est consacré à Batman RIP et je n’ai qu’un mot pour décrire ce que j’ai lu : brillant. Tout est déployé pour mettre en pièces l’univers de Batman, et Morisson est loin d’être mauvais à ce petit jeu. Comme pour Final Crisis, je pense qu’une relecture intégrale de RIP s’imposera pour en saisir toutes les nuances. Du côté du dessin, rien à redire, c’est du tout bon.

Wolverine 193

Ce mois-ci, double ration de Wolverine Origins. Et force est de constater que la mayonnaise prend plutôt bien. Le récit est agréable (un peu de baston avec les X-Men c’est toujours bon à prendre ;)) et ça ne tourne pas en rond comme ce fut le cas il y a quelques mois. C’est une bonne chose que le magazine arrive à rester intéressant sans Old Man Logan, vu que l’épilogue est pour le mois prochain !

X-Men 157

Un grand retour ce mois-ci, mais dont on serait bien passé : les fameuses cases “introductives” qui présentent les personnages ! Ca vous manquait, ce concentré d’humour carambar ne faisant rire que son auteur ? Et bien pas moi ! A part ça l’histoire “complète” est pas mal. Ca ne casse pas trois pattes à un canard mais ça tient relativement debout. Fraction a cependant le même souci que Brubaker en son temps : même en ayant travaillé son sujet (grande maitrise de la continuité), les X-Men ce n’est pas son truc et ça se sent. Du côté du dessin on a droit à Greg Land (et ses habituels visages au sourire colgate) et Terry Dodson. C’est pas mal, sans être non plus exceptionnel. Un numéro qui se lit sans déplaisir mais loin d’être exceptionnel…

X-Men Extra 78

Ce mois-ci, le magazine est consacré à Wolverine : Manifest destiny. J’étais assez inquiet en prenant ce numéro, car il y a quantité de mauvaises histoires autour du thème “Wolverine retrouve son passé”, la plupart étant d’ailleurs parues dans X-Men Extra. Et bien je me suis inquiété pour rien. Certes ce n’est pas le magazine du mois, loin s’en faut, mais c’est plutôt pas mal. On a ici une histoire assez bien fichue autour des “vieux dossiers” de Wolverine, que l’on lit sans déplaisir. Du côté du dessin, c’est un peu moyen : ça ressemble à du sous-Yu en fait. Cela reste cependant très regardable, fort heureusement.

mdata

Franck - Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n'a aucune intention d'en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé... Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Articles similaires

15 pensées sur “Bilan de février

  1. Pour X-Factor, sans être père, ça reste énorme et l’un des plus gros retournement de situation que j’ai lu. Simplement génial.
    Je me demande si ça ne va pas devenir un épisode mythique.

  2. Honte à moi, ça ne me dit rien ! Si tu as un lien ou une explication de ce que c’était ! Je l’ai peut-être lu à une époque où je ne faisais pas encore attention aux noms des auteurs…

  3. C’est très vieux en fait (milieu des années 80 dans Nova).

    Un tueur se nommant le rédempteur décide de tuer des gens qu’il estime coupable de pêchés. Parmi les victimes se trouvent le comissaire Jean Dewolff (amie de Spiderman) et le juge Horace Rosenthal (ami de Daredevil), ce qui rapproche les deux héros qui vont mettre leurs effors en commun pour neutraliser ce tueur.

    Un arc très noir, très bien écrit et bien dessiné, une des histoires de Spiderman qui m’a le plus marqué.

  4. ok. C’est l’histoire sur laquelle repose la genèse de Venom: Eddie Brock croit tenir le rédempteur mais non. Il est viré car Spidey arrête le vrai rédempteur, fait une descente aux enfers et devient Venom dans l’église.

    Tout est lié…

    Redempteur a l’air sympa effectivement !

  5. Exactement ! Même si Eddie Brock a été introduit dans cette histoire à grands coups de retcon il me semble, je ne me souviens pas qu’il était dans l’histoire originale.

  6. Sans être un retcon, ça introduit Eddie dans la continuité en disant que c’est l’affaire Sin Eater/ Rédempteur qui à l’origine de son renvoi, même si on ne le voit pas à l’époque.

  7. Pour le X-Factor, effectivement, je pense que c’est quelque chose qui restera dans les mémoires. Enorme, inattendu, scotchant… perso, j’en reviens pas et je suis vraiment admirateur de David quand il nous sort de tels retournements de situation. Il faut dire que depuis Madrox, il n’a pas souvent baissé de régime. Malgré parfois des dessinateurs un peu… “moyens” on va dire, la série est restée quasiment tout le temps très agréable à lire.

    J’attends avec impatience la suite, juste pour savoir comment il est possible d’encaisser un truc pareil.
    En fait, mine de rien, ces persos là sont devenus mes mutants préférés, ceux qui m’intriguent et me font encore réagir. ;o)
    (je ne suis pas certain par contre que David en soit mieux traité pour autant, surtout quand on voit les précédents…)

  8. Kiwi Kid : Tu as raison, j’ai un peu forcé en parlant de retcon.

    Neault : C’est clair que c’est à la fois énorme et totalement imprévisible. Moi aussi j’aime bien cette série, même si son graphisme irrégulier gâche un peu mon plaisir de lecture.

    Dans le même genre, un truc qui m’avait marqué c’est ça : mais il faut dire que là Peter David a fait encore plus fort.

  9. Huumm… particulièrement malsain comme image.

    Mais le grand choc dans XF vient aussi du fait que l’épisode se passe dans un moment particulièrement normal, sans méchant costumé, d’où le caractère inattendu. Et la série a aussi particulièrement bien amené la scène: plus les épisodes en sont proches, moins Maddrox se contrôle et se comprend, sans doute du fait que son double grandit dans l’utérus et de son lien psychique avec lui…

  10. C’est clair que le but était de choquer un maximum. Pour remettre l’image dans son contexte, cela date du début des années 90, où ce genre de surenchère commençait à plomber l’ambiance de certaines séries.

    Je partage ton avis sinon sur le fait que Peter David nous a pris totalement par surprise en faisant ça pendant un moment tout à fait normal (bien vu pour les signes avant-coureurs, je n’y avais pas pensé).

  11. Je n’y ai pensé qu’après coup, mais vu notre bonhomme c’est peut être un fausse piste. Il peut aussi y avoir un double maléfique (le mec qui entend tous les mutants et qui a proposé de les mettre en “espèce en voie de disparition”, je sèche sur son nom, mais je trouvais qu’il ressemblait beaucoup à Maddrox en plus vieux).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x