Les comics et leur univers,
avec vous depuis 2006

Vous n'êtes pas connecté(e)
sur le site.

Se connecter

Vous n'avez pas de compte ? Inscrivez-vous, c'est rapide et gratuit !

Newsletter

Tipee
Soutenez-nous sur Tipeee !

Derniers films

Joker
Spider-Man Far from home
X-Men Dark Phoenix
Avengers Endgame
Shazam !
Captain Marvel

Catégories

Civil War 6 (août 2007)

Pour les fiches de lecture, je sépare en deux parties : un petit résumé de ce que je pense du magazine, sans aucune révélation. Pour l’article plus détaillé, donc susceptible de contenir des révélations sur l’épisode, il faudra cliquer sur le lien en bas de ce résumé.

Civil War 6

Civil War : le conflit des super-héros fait rage, et la tension monte à mesure que le final de la série approche. Le scénario et le dessin sont toujours impeccables, continuant de faire de cette série un véritable must.

Civil War Frontline : les mésaventures de Speedball se poursuivent, avec des évènements assez surprenants. Du côté de la cellule dormante, les révélations continuent de se faire sur les coulisses de la guerre civile, et ce n’est guère réjouissant. Là aussi le scénario et le dessin servent parfaitement deux excellentes histoires.

Civil War : alors que le projet des pro-loi se monte tranquilement avec la création et l’entrainement de nouvelles super équipes, Captain America et ses troupes ne restent pas les bras croisés. Après une infiltration du Baxter Building par le Punisher, l’équipe se prépare à lancer l’assaut contre un portail dimensionnel menant à la fameuse prison des pro-loi. Le Punisher sera d’ailleurs vir?? de l’équipe avec fracas une fois qu’il aura été tabassé par Cap pour avoir tué des vilains voulant rejoindre le camp des anti-loi, ce qui montre quand même que le héros étoilé n’est pas tout de même prêt à tout tolérer pour gagner le conflit (au contraire d’Iron Man). Pendant ce temps on peut voir que Namor, malgré ses incursions via la cellule dormante visant à venger sa cousine, ne souhaite pas du tout prendre part au conflit et change sa relation avec Jane Richards, la rendant plus formelle. Une fois l’attaque lancée, nous avons droit à un échange de bons procédés entre les deux camps, chacun ayant mis une taupe chez l’autre. Le final laisse présager de l’action avec les héros emprisonnés qui ont été libérés par Hulkling et qui sont prêts à en découdre avec les pro-loi. Cet épisode n’explore que peu l’aspect humain du conflit (doute, changement de camp…), mais vu que cela a déjà été dépeint en détail c’est normal. Maintenant place à l’action, et le final s’annonce spectaculaire. Quelle que soit l’issue du conflit, on se doute bien que le dernier combat sera épique. Le scénario est toujours excellent ainsi que le dessin.

Civil War Fronline : On pouvait s’en douter, mais il est quand même bon d’avoir la confirmation que Speedball survit à ses blessures. Le personnage semble vraiment avoir été changé par tout ce qui lui est arrivé en si peu de temps (la perte de ses amis, la disparition de ses pouvoirs, la prison, la tentative de meurtre…), avec un caractère complètement nouveau bien loin du gosse irresponsable et énervant. Ses pouvoirs semblent revenir sous une forme différente, lui permettant d’empêcher une évasion de vilains. La fin de l’épisode est très surprenante, Speedball semblant avoir décidé de s’enregistrer. Cette mini-série centrée sur un personnage de plus en plus attachant (on ne peut pas rester de marbre face à tout ce qu’il a subi) est vraiment très intéressante, avec un scénario et un dessin véritablement excellents.

Du côté de la Cellule dormante, on s’éloigne un peu du côté Atlante de l’affaire pour se recentrer sur les coulisses de Civil War. Norman Osborn est en effet interrogé tout au long de l’épisode, et ses réponses ne sont pas du tout du goût des enquêteurs. Il est certes dérangeant de voir les méthodes utilisées par les pro-loi au nez et à la barbe du peuple qu’ils défendent : utiliser des vilains avec une puce dans le crâne est déontologiquement douteux, d’autant que ça n’empêche pas les dérapages (Osborn en est un bon exemple). Avec cette série, Jenkins montre les déviances de ce qui pouvait sembler une loi parfaite pour la sécurité publique et jette le doute sur les motivations du “camp des bons”. Cela fait un peu penser au projet Utopie de l’Escadron Suprême (le vrai, celui de Mark Gruenwald), qui partant d’une bonne idée utilisait des méthodes douteuses pour faire régner l’ordre. Le scénario et le dessin sont aussi bons que pour les aventures de Speedball.

mdata

Franck - Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics. Tombé dans la marmite des comics quand il était petit, et n'a aucune intention d'en sortir. Lecteur éclectique : Marvel, DC, indé... Kryptonite : Les figurines de Baby Groot

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ca peut vous intéresser... x